Street Photographie, méthode et courage

J’aime beaucoup la photo. J’aime la contempler, j’aime la faire. J’aime cet art. J’ai été longtemps passionné par un genre de photo très intéressant : la photo de rue.

La Street Photography, comme ont dit aussi, est une discipline majeure de la photographie. Elle existe depuis le début de la photographie, elle possède une histoire et les plus grands photographes l’ont pratiquée. Définir précisément ce genre est plutôt compliqué.

Il y a une autre chose qui est très compliqué, c’est pratiquer ce genre photographique.

En effet, s’il est vrai que je ne me débrouille pas trop mal pour les portraits et que je m’essaye sans trop de difficulté aux photos de nuit, en revanche j’éprouve toutes les peines du monde à exercer la photo de rue. Ici, point de problème technique. Non. Je n’ai juste pas les couilles de photographier les gens dans la rue ! Or pour prendre de vraies belles photographies de rue, il faut oser affronter son sujet.

Un oeil exercé remarque facilement les images faites par des débutants en photographie de rue, ceux qui n’osent pas. Les personnes photographiées sont de dos, ou très loin dans l’image, ou elles sont tassées sur l’arrière-plan[…]. Ces images sont faites ainsi parce que le photographe ne veut pas être vu en train de photographier[…] Jean-Pierre Bucciol

Et ne vous moquez pas de moi, c’est vraiment difficile de pointer son objectif sur des inconnus et de déclencher sans frémir. Cela requiert des qualités sociales que je n’ai, hélas, clairement pas :-/

On est bien loin des photos volées lâchement pendant le sommeil des sujets :-/

Bref, je me décourageais complètement de me prêter à cet exercice épineux mais je suis remotivé grâce à des conseils du photographe Thomas Leuthard. Conseils que j’ai trouvés dans son livre, disponible gratuitement!

Non seulement cet ouvrage permet d’avoir une approche intéressante de la Street Photography, mais en plus, il donne des conseils pertinents pour gérer les problèmes principaux qui m’ont toujours bloqués :

  • Improve your social skills?
  • To ask or not to ask?
  • Which focal length
  • Things to remember
  • Etc.

Cet ouvrage, en anglais, est simple, clair et prend le photographe amateur que je suis par la main pour lui donner le courage de se lancer, ainsi que des conseils pour gérer au mieux son WorkFlow et sa technique. Le tout agrémenter de nombreux exemples
J’aime.

Grow your Balls

« Street photography is 80% balls and 20% skills. » – Eric Kim

Bref, une des premières choses est de trouver le courage de m’y mettre. Le courage d’oser et de m’exercer. Et pour cela, une autre idée formidable existe : The One Hundred Strangers project. En gros, le but de ce projet est de prendre en photos 100 inconnus dans la rue :-)

Quel meilleur exercice peut-il y avoir ? j’invite tous les photographes amateurs intéressés par la photo de rue à se lancer, comme moi, dans ce sympathique projet…

Bon, il ne me reste plus qu’à  re-sortir mon boitier !

Photo de rue prise à Tokyo, lors d’un défilé. Les policiers qui ne rigolent pas avec la sécurité ont formellement interdit à quiconque de s’avancer dans la rue. Ne voilà-t-il pas que cette petite fille s’est mise à braver l’autorité en la traversant. Clic clac, je l’ai prise (très) discrètement, avec la peur au ventre que ses parents ne me grondent en brandissant un katana Hattori Hanzō :-p
Ce contenu a été publié dans Photo, Street Photography, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à Street Photographie, méthode et courage

  1. Gilles dit :

    Je suis comme toi, je n’arrive pas à prendre des gens dans la rue, j’ai toujours la crainte qu’ils se jettent sur moi en exigeant que je supprime les photos prises …

    C’est sans doute aussi un peu dû aux gens autour de moi qui n’aiment pas être pris en photo pour leur grande majorité. Une collègue avait même menacé de porter plainte parce qu’elle était sur 1 ou 2 photos prises lors d’un déjeuner entre salariés fin janvier (une petite fiesta un midi). Bon, elle était plus qu’au delà de ce qui est admissible mais tout ça n’aide pas.

    Par contre, une nouvelle collègue est arrivée pendant mes vacances et il se trouve qu’elle n’a rien contre le faite d’être prise en photo (elle était au courant de l’histoire de fin janvier dès son 1er jour :o) et fait non négligeable, en plus de ne pas être contre les photos, je la soupçonne d’être très photogénique.
    J’espère avoir l’occasion de faire quelques portraits d’elle dans les semaines à venir …

    Pour la photo de rue, il faudrait que je m’y essaie un de ces jours. J’avoue que c’est parmi ce genre de photo que j’ai trouvé celles qui m’ont le plus touché :-)

    Tiens-nous au courant de tes avancées …

    • Ryfe dit :

      C’est avec plaisir que je te tiendrai au courant de mes progrès. Pour l’instant, je suis au point mort. Je flippe vraiment d’y aller franchement et si on demande à la personne, on a peut-être une plus grande chance d’avoir son accord… mais le naturel est perdu :-(

      Donc c’est vraiment humainement qu’il faut que je travaille. J’espère que ça viendra vite!

      Sinon, je ne sais pas si tu as remarqué, mais souvent les personnes qui n’aiment pas être photographiées et pour lesquelles il faut insister pour obtenir quelques clichés sont les plus friandes de leurs photos une fois que le résultat est là! Quand je connais la personne réticente, je n’hésite pas à faire le forcing !

      Il y a Thomas Leuthard qui est en train d’écrire un nouvel ouvrage à paraitre fin août. Gageons que cela nous aide à franchir le pas :-p
      Je te tiens au courant, de toute façon :-)

  2. Anne Leroy dit :

    Bonjour,
    Le projet SPFR – Photo de rue France est lance!
    Rejoignez le groupe mere ici:
    http://www.flickr.com/groups/projet-photoderue-france/
    Decouvrez les photos du mois d’aout ici:
    http://www.flickr.com/groups/photoderue-france-projet1/
    Et venez participer au projet de septembre ici:
    http://www.flickr.com/groups/photoderue-france-projet2/

  3. Anne Leroy dit :

    Ryfe, je viens de lire plus en detail ton commentaire ci-dessus.
    Je serais a Paris ce week-end du 3/4 septembre.
    On fait un « safari photo » avec des amis samedi aprem, on va faire de la photo de rue.
    Veux-tu te joindre a nous? Ca t’aidera a vaincre ta timidite! :-)))

    Envoie-moi un email.

    Anne

  4. Ping : Safari Photo dans les rues de Paris | L'esprit vagabond et torturé de Ryfe

  5. Ping : Échange sympathique avec un inconnu | L'esprit vagabond et torturé de Ryfe

  6. Palmero dit :

    Oser donc ;-)
    en 4 ans, sur Paris, je n’ai eu qu’un seul accrochage et encore avec une personne en état d’ébriété que je ne photographiais même pas.

  7. Emmanuel dit :

    Tous les photographes de rue ont je pense un jour ressenti cette retenue. Qui est probablement par certains aspects essentielle au développement d’une sensibilité véritable (mais ne doit pour autant rien « bloquer »).
    Si tu cherches toujours des raisons supplémentaires de faire des photos dans la rue, et, au dela de portraits des photos qui ont quelque chose à raconter, n’hésites pas à faire un tour sur Des photos qui content et à participer à l’aventure créative en soumettant une photo.

  8. Bob dit :

    Premier jour.
    Je « sors mes balls », si je puis me permettre. Et puis aussi pour tester mon appareil.

    Alors que je m’apprête a faire ma seconde photo (une affiche sur un arbre), un gamin, 5, 6 ans peut être arrive.
    « -Monsieur ?
    – Mh ?
    – Vous savez qu’il ne faut pas observer les gens. C’est mal.
    – Je n’observe pas les gens. Je prends un arme en photo.
    – Vous n’avez pas le droit. Vous ne devez pas.
    – Euh… okay, merci. »

    je reste un peu interdit… puis d’y aller sans finalement prendre la photo. Et là, alors qu’il rejoint sa mère « il a pris la photo ! Il a pris la photo ! » comme si j’avais volé quelque chose…

    Très déplaisant. Surtout pour la SECONDE photo.

    Résultat : je suis parti faire du paysage pour tester mon boitier… mh…
    Symbolique ?

    • Ryfe dit :

      Salut Bob l’Éponge,
      Je sais très exactement ce que tu ressens, crois-moi.

      Je n’ai qu’un conseil à te donner: Ne te laisse pas avoir par cette vilaine mésaventure. Il faudra juste que tu ressortes tes « balls » et que tu ré-essayes.

      Sinon, tu seras comme un mec qui se prends un râteau la première fois qu’il essaye de draguer une fille et que ne ré-essaye jamais. (Et sur ce sujet, j’en sais quelque chose, crois-moi ;-))

      Le bambin ne savait pas ce qu’il disait. Passe l’éponge, Bob!

      Bonne chance!

      Ryfe

  9. virva dit :

    Comme je te comprend, j’ai commencé par ce type de photo en province, aujourd’hui je viens de vivre une aventure malheureuse à belleville, j’ai pris une devanture de boucherie en photo…la photo prise je repare un homme me hurle dessus dans la rue, me disant tu ne répond pas quand on te parle…
    Je répond bétement que je n’ai pas compris qu’on me parlé et que je n’avais pas pris la photo….un autre homme sort de la boucherie pour remettre une couche…je mesure un petit métre soixante, je me démonte pas…résultat ils retournent dans leur boucherie en assénant un  » va crever en enfer sale chienne »…
    J’aime la photographie j’aime les gens…mais dés fois c’est pas facile…

Quelque chose à ajouter ? Laissez donc un commentaire...