Le sale con et l’antipathique sans empathie.

Il y a quelques jours, j’ai été choqué par un tweet qui manquait si violemment d’empathie et d’humanité que j’ai d’abord cru qu’il s’agissait de l’humour noir si caractéristique à ce réseau de microblogging. Il n’en était rien. Hélas :-(

Alors qu’un twotte lui demande si c’est du second degré, @declencheur répond que non. J’interviens à mon tour, interloqué par ce manque d’empathie :
Que constate-t-on à la lecture de ces tweets ? Benoît Marchal est très sérieux quand il dit ça. Il défend même ses propos nauséabonds en arguant que si nous étions à sa place, nous ne le critiquerions pas! :-/  Vraiment ?!

Monsieur Benoît Marchal est-il un sale con ?

La question me semble légitime. Je crois qu’il faut faire preuve d’un minimum d’intelligence pour éviter de penser à court terme, excédé par l’instant, et commencer à réfléchir et à se poser, par exemple, les questions suivantes :

  • Qu’est-ce qui a pu « véritablement » causer cette situation ?
  • Comment une société peut-elle engendrer suffisamment de désespoir pour pousser un homme à se jeter sur des rails, prêt à se faire déchiqueter sous les roues d’un train ?
  • Comment d’ailleurs se fait-il que ça arrive si souvent ?

Monsieur Benoît Marchal est le dernier des égoïstes :

À vrai dire, M. Marchal, c’est vous l’égoïste et c’est votre égoïsme qui me choque. Cet égoïsme qui semble dire, à peu de chose prêt : « Ce mec est un sale con puisqu’il nous emmerde alors qu’on a nos propres problèmes ! Il n’a qu’à aller se foutre en l’air, en silence, sans faire chier personne. Qu’il se donne donc la mort en toute discrétion et disparaisse dans l’indiférence! ». Oui, c’est vous l’égoïste, M. Marchal. Et cet égoïsme me révulse. Et pour être égoïste à ce point, peut-être faut-il un peu être un sale con. Vu le nombre de RT dont vous avez bénéficié, je présume hélas que cette pensée égoïste est commune. C’est bien triste ;-(

Et moi, dans tout ça ?

Suis-je trop sensible ? Certainement.  Suis-je trop gentil, trop humaniste, trop hors du monde ? Je ne crois pas. Comme j’ai répondu, via Twitter, j’ai vécu à Paris et je me suis farci le RER A et le RER B avec son lot de miséreux, de mendiants, de tracas, de pannes, de grèves, de problèmes et, bien entendu, de suicidaires (ou de suicidés) bloquants la circulation pour un temps certain. J’ai été très souvent dans cette situation.

C’est toujours très contrariant d’être bloqué dans une rame nauséabonde, et je ne pourrais pas jurer n’avoir jamais grommelé, dans un mélange de colère et d’humour noir, des invectives à l’encontre de l’inopportun. Mais jamais ô grand Jamais je n’ai été sérieux. Et j’ai toujours eu une pensée pour le mec, l’être humain, à ce point désespéré. Et je me suis toujours posé la question de notre responsabilité commune, en tant que membres de cette société qui pousse les individus à de pareilles extrémités…

Ce n’est pas vous que j’insulte, M. Marchal. C’est, bien au delà de vous même et de votre mépris pour cet individu inconnu, cette société égoïste, que vous représentez si bien par ce tweet, que je rejette et vomis.

Ce contenu a été publié dans Coup de gueule, Ma petite vie, Société, Twitter, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Le sale con et l’antipathique sans empathie.

  1. Hon Doky-Dok dit :

    rien à ajouter… Triste de voir que la vie humaine est reléguée à ce plan là…. J’ose espérer que M. Marshal ne connaisse jamais aucun problème qui le pousserait à finir en sale con qui fait chier tout le monde. Si c’est ça l’humanité, alors on mérite vraiment tous de finir comme des sales cons sous les rails du RER.

    • Ryfe dit :

      Je suis d’accord. Je me suis surpris moi-même à être à ce point choqué face au niveau d’égoïsme et de désintérêt que l’on pouvait avoir pour son prochain.
      Ce n’est pas de ce monde que je veux pour mes enfants :-/

  2. Chrystel dit :

    Pareil, je suis plutôt choquée de voir comment notre société actuelle se fout littéralement de l’être humain. Le pire, c’est qu’il n’y a pas un jour où l’on n’entend pas ce genre de choses…

    • Ryfe dit :

      Tout à fait d’accord. Rien à ajouter. Comme je disais à Doky-Dok : je ne veux pas de cette société ultra individualisée où on se fout de son prochain, même quand il crève :-(

      Merci pour ton commentaire.

      ryfe

  3. Gebeo dit :

    Bonjour,

    Je suis peut être un peu trop naïf, mais j’ose encore croire qu’il ne s’agit pas d’une pensée généralisée. Certes, lorsque cela arrive, beaucoup font preuve d’humour noir sur l’instant, mais il n’existe rien en cet instant qu’ils puissent faire pour venir en aide au suicidaire, ou pour se sortir de cette situation de blocage. C’est une réaction de spectateur impuissant.

    J’ai été plusieurs fois dans cette situation, et j’ai également entendu des usagers avoir une parole pour la personne en détresse devant, sur la voie. D’autres à n’en pas douter, y pensent également, voir réfléchissent, à votre image, au rôle qu’ils peuvent jouer indirectement dans ces drames.

    Forcément, à l’image de ce twittos, certains ont une pensée terre à terre et très égoïste, mais je refuse de croire qu’il s’agisse d’une majorité. J’ai même encore un espoir que pour bon nombre, il ne faille qu’un déclencheur pour qu’ils commencent à réfléchir.

    • Ryfe dit :

      Vous avez raison. La plupart des gens ont un bon fonds. Je ne les juge pas quand ils s’emportent sur l’instant ; Ça m’est d’ailleurs déjà arrivé aussi.
      J’ai besoin de croire que vous avez raison. Sans ça, notre société serait bien moche et ne vaudrait même plus la peine qu’on se batte pour elle.

      Merci pour votre commentaire qui me touche et me redonne espoir :-)

      Bonne continuation.

Quelque chose à ajouter ? Laissez donc un commentaire...