Tout tourne…

ChomageLa chance tourne. Ma chance a encore tourné. Me voilà au chômage. Again. C’est loin d’être la première fois, me direz-vous. Ça semble même être ma spécialité… Certes; Mais là les difficultés vont crescendo… Voilà un résumé pour vous compreniez un peu le film.

Il y a quelques mois, j’ai été engagé en tant que Software Tester dans une petite boîte informatique de Perth. J’apprenais des choses et je gagnais de l’expérience en tant que Business Analyst et j’étais (bien) payé pour passer la journée à jouer avec iPad, iPods, iPhone, Nexus et autres téléphones et tablettes Android, à tester une application de streaming musical. Le pied. J’écoutais de la musique toute la journée, j’étais mon propre chef, tout se passait bien. Il m’arrivait même de me lever le matin en me disant que j’aimais mon job ! (Et ça, ça ne m’était pas arrivé depuis… jamais) Bref, j’étais le roi du pétrole, tout se passait à merveille, j’oubliais peu à peu cette fille pour qui j’étais resté ici, à Perth et je reconstruisais ma petite vie.

Oui, les choses allaient bien, je me suis fait plaisir :-)

Oui, les choses allaient bien, je me suis fait plaisir. Bienvenue chez moi :-)

J’étais comme la laitière et le pot au lait

…mais hélas le lait a tourné. Les choses ne sont jamais acquises, je devrais pourtant le savoir à force. Je suis passé de ce boulot complètement abrutissant à un boulot de rêve… Malheureusement le projet sur lequel je travaillais a capoté (le client s’est barré chez un concurrent), donc changement de mission : Management de projets impossibles, puis internal BA avec mapping des processus de la boîte pour les faire évoluer. Bref, les trucs que je n’aime pas, pour lesquels j’ai peu d’expérience et je ne suis pas fait. Long story short : j’ai fait de mon mieux mais je ne m’en sortais pas, l’ambiance n’était vraiment pas bonne dans la boîte, et tout à basculer. Vite. Je n’aimais plus ce que je faisais Je n’avais plus le moral. Je ne mangeais plus, je ne dormais plus, je vivais dans le stress… je n’étais plus heureux. La déprime s’est faite dépression. Le plaisir s’est fait appréhension. L’appréhension s’est faite peur. La joie de vivre s’est évaporée. La passion s’est envolée… Je n’étais plus que l’ombre de moi même. J’étais éteins. Malheureux. J’ai craqué et j’ai pris la décision de démissionner. Pour mon propre bien. Quand la roue tourne, il faut tourner avec. De toute façon ils allaient me virer.

Tourner la page…

Il faut que je tourne la page… sans pour autant fermer le livre… l’histoire ne s’achève pas ici. Je suis plus fort qu’avant. Plus résistant face à l’échec. J’ai plus d’expérience et d’endurance aussi. Tout n’est pas fini : je continue de tourner le film.

Seulement voilà, il ne s’agit plus juste de trouver un petit job. Je dois maintenant composer avec d’autres contraintes imposées par mon skill visa 457:

  1. Il faut que je sois sponsorisé par une autre boîte.

  2. Je ne peux postuler que pour des postes de Software Testers ou Project Manager

  3. Le temps m’est compté. Et oui même l’heure tourne. Officiellement, après une rupture de contrat avec mon employeur, j’ai exactement 28 jours pour trouver un autre boulot qui réponde aux contraintes 1 et 2… ou quitter le territoire.

Bref, ça ne va pas être facile… Vraiment pas. Mais j’ai déjà prouvé que je savais rebondir. Plusieurs fois. Mes amis sont là. Ma famille aussi. et personne ne m’a tourné le dos quelque soit les décisions que j’ai prises.

Et après ?

En attendant de rédiger, dans un mois un billet qui s’intitulera « 28 jours plus tard« , il faut Que de problèmesque je prenne des décisions et que je tire des conséquences. Ne tournons pas autours du pot : Il faut vraiment que je trouve ma voie. Je ne suis pas un bon BA, je ne crois pas vouloir continuer à être software tester et la gestion de projet, je finis par me dire que ce n’est pas mon truc. Il faut que je ré-oriente intelligemment ma vie. Et puis au delà de ma vie professionnelle, il faut que j’élabore un plan de secours immédiat. Un plan B. Rentrer en Martinique ? Partir voyager en Asie du Sud-Est avec mes maigres économies ? Et après ? Rentrer en France ? Tenter le Canada ? Persister à fonds ici en espérant que le vent tourne à nouveau ? Aucune idée. Aucune ! Et rien que d’y penser, j’ai la tête qui tourne.

Je ne veux simplement pas me re tourner et regretter quoi que ce soit.

Spéciale dédicace à Raymond Devos qui m’a polysémiquement inspiré.
Ce contenu a été publié dans Australie, Ma petite vie, Travail, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Tout tourne…

  1. Jessy dit :

    Salut Ryfe,
    « Tout tourne »…
    …Tout peut donc également tourner positivement.
    Je te souhaite bon courage pour cette épreuve et espère que tu trouveras la force nécessaire pour garder espoir et faire pencher la balance à ton avantage.
    Je t’adresse des pensées positives.
    Je reste à ta côté si tu as envie de parler.
    Des bisous

    • Ryfe dit :

      Salut Jessy,
      Merci beaucoup pour ton soutien qui me touche énormément. Ça compte beaucoup pour moi, tu sais. Merci pour tes pensées positives.
      Je pense à toi et je fais des bisous à mon tour. Je t’appelle bientôt, ok ?
      Ryfe

  2. Jerome dit :

    Salut mec, ça faisait un bail que j’étais pas venu spammer faire un tour sur ton blog. J’espère que tu vas vite trouver un autre truc. Mais t’as l’air d’avoir la tête pleine de solutions… ;)
    See ya

    • Ryfe dit :

      Salut Jérôme,
      Ça fait plaisir de lire un compatriote perché on a land down under ;-)
      Merci mec. Je vais faire de mon mieux pour trouver rapidement quelque chose.
      Dis-moi, toujours en Australie ? Où ça ?
      À bientôt
      Ryfe

  3. Valérie K dit :

    Hey! mon petit Ryfe!
    Ça fait un bail que je n’étais pas venue prendre des nouvelles, mais vu le nombre de reportages sur l’Australie qui ont été diffusés sur les grandes ondes ces temps-ci, … j’ai fini par céder à la pression :)
    bref, je vois qu’une nouvelle fois, tu vas devoir rebondir, et je ne doute pas que tu trouves une solution!
    Je me pose personnellement les mêmes questions « je ne crois pas vouloir continuer à être software tester et la gestion de projet, je finis par me dire que ce n’est pas mon truc. Il faut que je ré-oriente intelligemment ma vie. Et puis au delà de ma vie professionnelle, il faut que j’élabore un plan de secours immédiat. » –> j’aurais pu l’écrire :)
    La différence, c’est que de mon côté, un voyage au bout du monde semble exclus pour l’instant car ma moitié n’est pas du genre baroudeur…
    Bref, assez parlé de moi, je te souhaite bon courage dans ta course contre la montre pour trouver un nouveau job!
    Je t’embrasse!

    • Ryfe dit :

      Salut Valérie,
      Ça me fait tellement plaisir de te lire :-)
      Oui, il va falloir que je rebondisse et c’est très très loin d’être gagné vu que je viens de raté le seul entretien chez le client que j’avais réussi à obtenir. Dégouté.
      Enfin bref, je sais exactement ce que tu ressens quand il s’agit d’introspection personnelle profonde et des périodes de grandes questions et de remise en question.
      Merci beaucoup pour tes encouragements et j’espère que toi et ta moitié trouverez la meilleur solution pour un futur salvateur. Bonne chance.

      Bisous Valérie

  4. Djéni dit :

    Salut Ralph,

    Je te souhaite beaucoup de courage pour les moins de 28 jours à venir que tu as pour être fixé sur la suite de tes aventures en Australie.
    Je vois que la tête t’en tourne beaucoup ( ;) ). Il y a de quoi!
    Sincèrement « fos épi kouraj »… je sais en partie de quoi tu parles, nombreuses sont les réflexions que j’ai en ce moment en ce sens.

    :) pour le clin d’oeil à Devos. Il est bon de voir que tu prends toujours plaisir à écrire mais dans les moments de galère, où ça ne tourne pas rond hihi

    A bientôt,

    Biiz

    • Ryfe dit :

      Merci beaucoup Djéni, Merci pour tout.
      Comme je l’écrivais avec bonheur dans ce billet : je suis surtout heureux que les ami(e)s ne m’aient pas tourné le dos ;-)

      Il faut qu’on s’appelle. Il faut qu’on discute sur ces questions existentielles que nous n’arrêtons pas de nous poser.

      À très bientôt l’amie

  5. kazna dit :

    Alors , alors ..???? Avez vous retrouvé du boulot?

  6. Laurianne dit :

    Slt Ryfe!

    C’est par hasard que je suis tombee sur ton site. Ta facon de raconter ton aventure tient en haleine. Sache que les questions que tu te poses sont les memes que je me pose. J’envisage l’aventure Australienne et je voulais avoir des renseignements sur la presence Antillaise en Australie. C’est donc avec plaisir que je suis tombee sur ton site.

    Bon courage pour la suite!!!

    Ah oui!! J’ai travaille 3 mois a Montreal et je peux te dire que si tu aimes Paris version »je me sens en securite et moins sur les gens ». Tu vas aime a coup sur!!! La communaute Antillaise a bonne reputation dans l’ensemble donc PVT Canada je te dis foooooooooooonce!!!

    • Ryfe dit :

      Salut Laurianne,

      Je suis toujours content lorsque des compatriotes tombent par hasard sur mon blog et que ça les conforte dans leur projet de tenter l’Aventure Australienne. Ce que je recommande à tout le monde. Il y a un couple de Martiniquais qui se prépare à y aller et je réponds à leurs interrogations.
      Merci.

      Bon alors… c’est très simple, notre diaspora est quasiment inexistante en Australie. Il y a bien quelques Antillais ci et là en vacances, mais des antillais y vivant, travaillant, etc. c’est très simple, j’en connais 2 ! :-)
      Donc pas de réelle communauté. Même si c’était un peu un projet avec l’un d’entre eux.

      Figure-toi que le Canada fait parti de mes projets ! Je connais pas mal de personnes à Montréal et j’ai vécu à Prince Edward Island, mais je reconnais que si je pouvais m’y expatrier, ce serait sans doute la côte Ouest. Vancouver (que je n’ai jamais visité) m’attire beaucoup.

      Si j’y vais, je te tiens au courant. Ce ne sera pas pour tout de suite, de toute les façons.

      Toi aussi fooooooonce, Laurianne !
      Bonne chance

      Ryfe

Quelque chose à ajouter ? Laissez donc un commentaire...