Tranche de vie musulmane

Pérégrination malaisiennes… Je me suis retrouvé à Kota Bahru qui est sur mon trajet des îles Perhentian où je me rendais. C’est une ville particulièrement musulmane et j’ai décidé d’y rester quelques jours pendant le ramadan pour m’inspirer de l’humeur de la ville. Bien m’en a pris…

Chez Zeck

Je vivais chez Zeck, un habitant à la personnalité hors-norme. Rongé par la faim, j’ai décidé de sortir de ma tanière pour aller me restaurer et profiter du marché de nuit. En déambulant, je tombe sur un Pizza Hut. J’hésite mais je décide de l’ignorer, alléché par une odeur bien plus appétissante et exotique. Dans un espèce de grand restaurant pour Restaurant Musulmanmusulmans se trouvaient des familles, des couples, des hommes, des femmes, des jeunes, des vieux, avec des assiettes qui me mettaient l’eau à la bouche.

Je décide donc de rentrer. Je ne sais pas trop comment ça marche. Je déambule dans l’endroit à la recherche d’information. Personne ne semble parler anglais. Je ne comprends pas. finalement, un homme me tend une assiette de riz et m’invite à me servir. Je ne me le fais pas dire deux fois et je remplis mon assiette à ras-bord. Puis je cherche à payer… pas de caisse. Là encore, à force de tourner en rond en faisant des gestes, quelqu’un me demande si je veux payer maintenant et se dévoue. Je ne comprends que plus tard qu’on doit payer après.

Je cherche une place. Tout le monde me regarde. J’ai attiré toutes les attentions. Un mec m’invite du regard. Je m’assois. Il me parle et me demande si je suis musulman. Je dis que non et crains de devoir l’être pour être ici. Il me dit que c’est OK mais que ce serait bien que j’attende 4 minutes. J’écarquille les yeux et je comprends. Je regarde autour de moi : des dizaines de regards, plus amusés que réprobateurs, sont posés sur moi. Les assiettes sont pleines… mais personne n’y touche. Cet homme, Kamal, vient de me sauver d’un embarras certain. Je retire la fourchette planté dans mon poisson et la repose sur la table. Je me serais foutu la honte sans m’en apercevoir sans lui. On discute. Il est trop cool et parle de destiné : Il ne prend jamais deux verres sauf cette fois. Il m’offre amicalement à boire.

Le signale est donné et tout le monde se met à manger dans une ambiance familiale et positive qui me marque et me touche. Je me jette sur mon assiette. Un délice.

Le déluge éclate. C’est fréquent en Malaisie. Tout le monde se rapproche pour se protéger. PizzaHutBonne ambiance, bonne humeur, chaleur humaine.

À la fin du repas, je me lève et regarde en face le Pizza Hut où j’ai failli me rendre. Il est rempli d’occidentaux. Je souris et suis tellement heureux de n’y être pas allé.

Merci Kamal pour ce beau moment !

Ce contenu a été publié dans Cuisine, Malaisie, Société, Voyage, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Tranche de vie musulmane

  1. Gilles dit :

    Après ta mésaventure à Kuala Lumpur, tu as vécu une expérience tout autre qui elle au moins montre que rien n’est tout blanc ou tout noir et que les rencontres sont aussi parfois des moments tout simples de plaisir partagés :-)

    Ps : tu aurais au moins pu nous mettre une photo de ton assiette ;-p

    • Ryfe dit :

      Tu as bien raison, Gilles. Et dans l’absolu ma mésaventure de KL ne devrait pas m’empêcher de profiter des histoires intéressantes que je vis en Malaisie.
      Je vais tâcher d’être plus positif.

      PS : Tu as tout à fait raison pour l’assiette. J’ai tellement critiqué les gens qui « instagramment » leurs plats que j’ai pris l’habitude de ne pas le faire. Je fais tâcher de corriger ça !

      A bientôt

Quelque chose à ajouter ? Laissez donc un commentaire...